Questions Fréquentes

N'hésitez pas à nous contacter pour toutes questions supplémentaires.


Le prix d'une fenêtre diffère selon son matériau, la qualité de son vitrage et, bien évidemment, ses dimensions. Inévitable en rénovation, le sur-mesure est forcément plus cher que le standard. Les tarifs hors pose débutent à environ 150 € pour le PVC, 300 € pour le bois et 200 € pour l'aluminium. Il faut par ailleurs compter de 100 à 300 € pour la pose de la fenêtre. Ainsi, pour 6 fenêtres de qualité à ouvrant caché en aluminium et leur installation, le coût total avoisine généralement 4 000 € - 5 000 € 

La plupart du temps, les travaux sont limités. La pose consiste à placer un encadrement neuf sur l'ancien. Cette solution permet un remplacement des fenêtres rapide et sans dégradation des murs : entre deux heures et une demi-journée par fenêtre suivant la taille et le matériau. En revanche, si le dormant existant est en mauvais état, il doit impérativement être remplacé. Cette solution de dépose totale suppose un temps d'intervention plus long et exige généralement de reprendre le mur en périphérie afin de reconstituer les appuis pour installer la nouvelle fenêtre.

Une fenêtre neuve possède un bien meilleur niveau d'étanchéité à l'air qu'une fenêtre ancienne. Elle change donc l'équilibre du renouvellement d'air du logement. Si ce dernier est équipé d'une ventilation défaillante (ou en est dépourvu), le remplacement des fenêtres peut donc engendrer des dégradations, voire des moisissures. Le poseur doit donc prendre ce risque en considération et établir un diagnostic ventilation. Et si les nouvelles fenêtres ne sont pas équipées d'entrées d'air, une ventilation adaptée doit bien évidemment être installée.

Certaines fenêtres (lorsqu'elles sont en rez-de-chaussée ou dépourvues de volets) sont plus exposées que d'autres aux tentatives de vol. Les fabricants proposent différentes options visant à décourager les cambrioleurs : fiche antidégondage de l'ouvrant, renforcement de la menuiserie, vitrages feuilletés, etc. Délivré par le CNPP (Centre national de prévention et de protection) et reconnu par les assurances, le label A2P distingue, quant à lui, les équipements permettant de se protéger efficacement contre les tentatives d'intrusion (retardement de l'effraction, etc.).

La rénovation consiste, le plus souvent, à remplacer les menuiseries en gardant l'ancien cadre (le dormant*) : une fenêtre dans la fenêtre qui se traduit la plupart du temps par une diminution de la surface vitrée et donc une baisse de clarté. Cet inconvénient peut être gommé par des fenêtres à ouvrant caché. Par sa finesse, la menuiserie conserve la même épaisseur que l'ancien ouvrant afin de garder, voire augmenter, la surface de vitrage initial.

Non, il est tout à fait possible de le faire ultérieurement, y compris lorsqu'on souhaite changer ses volets battants pour des volets roulants motorisés.

Les vitrages acoustiques affichent de moins bonnes performances thermiques à épaisseur équivalente. Aussi vaut-il mieux les privilégier lorsque l'environnement est vraiment bruyant ou seulement pour les pièces les plus exposées.

Équipées de vitrage à isolation thermique renforcée, les fenêtres protègent du froid l'hiver et de la chaleur l'été. C'est le coefficient Uw exprimé en W/m².K qui renseigne sur la performance thermique d'une fenêtre. Plus ce coefficient est bas, meilleure est l'isolation. Les menuiseries les plus performantes affichent des coefficients thermiques inférieurs à 1,4 W/m².K, soit un gain énergétique de 80 % par rapport à un simple vitrage. Et des économies de chauffage de 10 à 30 % selon les cas.

En rénovation, les menuiseries se déclinent dans tous les types d'ouverture. Le modèle battant ou "à la française"* est l'ouverture classique. Idéal pour ventiler les chambres ou la cuisine en toute sécurité, le système oscillobattant permet en outre d'entrebâiller le haut des fenêtres. Enfin, les coulissants présentent l'avantage de s'ouvrir sans an - piéter sur l'espace intérieur. Par ailleurs, avec le sur-mesure, on s'autorise quelques options décoratives. Pour donner un peu de charme à vos nouvelles fenêtres, vous pouvez ainsi choisir des crémones apparentes en laiton, en cuivre ou blanches. Pour animer les carreaux, on optera pour des petits-bois intégrés. Ils se déclinent en blanc, laiton ou décor bois, et peuvent même être gravés dans le verre. Enfin, vous pouvez jouer sur les matériaux (profilés PVC aspect bois ou option bicolo - ration* pour les menuiseries alu) pour une harmonisation réussie avec votre façade.

 

Qu'elles soient en bois, en PVC, en aluminium et même mixtes, les menuiseries ont, chacune, leur avantage. Performantes thermiquement, les fenêtres en bois demandent un entretien régulier. Les profilés en aluminium sont eux inaltérables et proposés dans une gamme de coloris très étendue. Économique et isolant, le PVC est le matériau le plus plébiscité en rénovation. Enfin, haut de gamme, les fenêtres mixtes offrent une très bonne isolation thermique et ne de - mandent pas d'entretien. Elles se composent d'une menuiserie en bois ou en PVC avec capotage en aluminium.

Ce n'est pas obligatoire mais avant tout une question de moyens. Si vous n'avez pas le budget nécessaire pour toutes les changer d'un coup, privilégiez d'abord les pièces à vivre ou les plus chauffées, vous améliorerez ainsi leur confort.

Le remplacement des fenêtres améliore l'isolation thermique de la maison, les ouvertures représentant de 10 à 15 % des déperditions de chaleur. Il y a donc des économies de chauffage à la clé et un confort accru grâce à la suppression du phénomène de paroi froide sur les vitres. En outre, la maison sera beaucoup mieux protégée des bruits extérieurs.